Avertir le modérateur

30/11/2011

Pourquoi j'ai un faible pour le biathlon

 

RTXWX4X.jpg

On a tous un péché mignon, voire une petite perversion. Pour ma part, il s’agit d’un jeu entraînant avec des combinaisons en lycra, des spatules et des carabines. Oui, je parle du biathlon dont la saison de Coupe du monde démarre mercredi. Autant le dire tout de suite, les inveteurs de cette discipline ont tout compris en y incluant tous les ingrédients indispensables à la réussite d'un spectacle sportif. Une dominante physique tout d’abord, à travers l’effort en ski de fond, qui, très souvent, fait la différence au plus haut niveau. Puis la technique, qui s’exprime lors du tir, exercice de haute précision qui place les athlètes dans une filière d’effort totalement différente du ski. Au final, cette combinaison inédite donne lieu à des compétitions d’une rare intensité, où le suspense dure jusqu’au franchissement de la ligne d’arrivée.

En clair, un concurrent à la rue après un tour et un premier passage sur le pas de tir peut toujours terminer sur le podium s’il réalise un sans faute par la suite et profite des erreurs des autres. Je ne connais pas beaucoup de disciplines où l’incertitude et les basculements sont si importants. Je n’en connais pas non plus où les athlètes sont d’une si grande amabilité. C’est en général le propre des sports confidentiels, puisqu’on a tendance à n’entendre parler des frères Fourcade, Vincent Jay, Marie-Laure Brunet ou Marie Dorin que tous les quatre ans, quand les skieurs du «nordique» garnissent le panier à médailles des Bleus.

Avec eux, pas de chichis, pas de langue de bois, pas d’attitude de divas, pas d’attachés de presse. Ces sportifs sont abordables, répondent au téléphone et rappellent même quand on leur laisse un message. Un athlète comme Martin Fourcade parle de tout (entraînement, argent, dopage) quand il en a le temps. Dans le sport de haut niveau, ils font figure d’oiseaux rares. Leur seul tort est de pratiquer une discipline dont l’écho ne résonne que dans les montagnes. Malgré la couverture télévisée d’Eurosport, il est encore très difficile d’attirer un public citadin vers une discipline de «niche» qui se pratique avant tout entre athlètes venus du froid. Mais où les Français pointent souvent le bout de leurs spatules. Alors autant les suivre de près.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu