Avertir le modérateur

01/11/2011

A quoi sert le Ballon d'Or?

ballon-d-or.jpg

Inutile de faire durer le suspense trop longtemps. Le Ballon d'Or 2011 s'appelle Lionel Messi. Comme en 2009 et 2010, comme lors des deux ou trois années à venir, l'Argentin recevra son trophée dans quelques semaines. Tout le monde applaudira, ressortira la bio déjà connue du "Lutin", et commencera à se demander s'il n'est pas en train de faire un peu d'ombre à Maradona ou Pelé dans l'histoire du jeu.

Au fond, avons-nous vraiment besoin de cette mise en scène de fin d'année? Sûrement pas. Au delà de l'absence de suspense sur l’identité du futur lauréat, la cérémonie du Ballon d’Or pose un problème de fond. Dans un sport où tout n'est qu'interdépendance, collectif, dynamique de groupe, sacrifice et échange avec le partenaire, il est «absurde» de glorifier le travail d'un unique élu. La logique du Ballon d'or consiste à dire qu'il n'y aurait pas de Barça sans Messi. Celle du football veut qu'il n'y aurait de Messi sans Barça.

Un panel en question

Désigner le meilleur joueur de tennis, de golf, ou de bilboquet est bien plus légitime. Classer, hiérarchiser, comparer les athlètes étant l’essence de ces disciplines. Pas celle du football, si ce n’est pour flatter un peu plus l’égo de certains joueurs frappés de "melonite". Quand on s’appelle Ronaldo, Eto’o ou Ibrahimovic, on rêve plus de cette récompense que de titres. L’autre but non avoué de ce type de cérémonie est clairement médiatique. Ce barnum du mois de décembre donne un peu de "biscuit" aux médias à l'approche des fêtes, période d'actualité creuse où les ventes déclinent.

Toute cette mise en scène, depuis l’annonce de la liste des 23 nommés (avec Benzema mais pas Falcao...) jusqu’à la remise du trophée, a un côté inapproprié. Elle récompense le travail d'un joueur sur une année civile, quand le football ne connait que des saisons, de juillet à mai. Le vote est effectué par les 208 sélectionneurs des pays membres de la FIFA, les capitaines des sélections ainsi que 208 journalistes représentant les pays affiliés. En terme de légitimité, ce panel peut être discuté.

Historiquement, le jury – composé jusqu’en 2009 des seuls correspondants de France Football – a quand même laissé sur le bord de la route quelques cadors. Pour une question de règlement, Pelé n’a jamais eu sa chance. Plus récemment, Henry, Maldini, Thuram, Kahn ou Eto’o figurent dans la liste des oubliés quand Sammer ou Owen composent celle des anomalies. Sortir une personnalité d’une équipe, c’est aussi rayer d’office les défenseurs et les gardiens (à un Yachine près), pas assez spectaculaires ou décisifs pour prétendre à la distinction suprême. Tant qu’il n’a pas un genou brisé et danse au sein de la plus belle compagnie de la décennie, Lionel Messi a encore de belles années devant lui.

Les nommés: Eric Abidal (France, FC Barcelone), Sergio Agüero (Argentine, Manchester City), Karim Benzema (France, Real Madrid), Iker Casillas (Espagne, Real Madrid), Cristiano Ronaldo (Portugal, Real Madrid), Daniel Alves (Brésil, FC Barcelone), Samuel Eto’o (Cameroun, Anji Makachkala), Cesc Fabregas (Espagne, FC Barcelone), Diego Forlan (Uruguay, Inter Milan), Andres Iniesta (Espagne, FC Barcelone), Lionel Messi (Argentine, FC Barcelone), Thomas Müller (Allemagne, Bayern Munich), Nani (Portugal, Manchester United), Neymar (Brésil, Santos), Mesut Özil (Allemagne, Real Madrid), Gerard Piqué (Espagne, FC Barcelone), Wayne Rooney (Angleterre, Manchester United), Bastian Schweinsteiger (Allemagne, Bayern Munich), Wesley Sneijder (Pays-Bas, Inter Milan), Luis Suarez (Uruguay, Liverpool), David Villa (Espagne, FC Barcelone), Xabi Alonso (Espagne, Real Madrid), Xavi Hernandez (Espagne, FC Barcelone).

21/07/2011

Vas-y Francky, dégonfle

487675_franck-ribery-apres-son-but-pour-le-bayern-munich-au-dernier-jour-du-championnat-allemand.jpg
Photo Reuters

Sur le coup, sa petite phrase prête à sourire. Franck Ribéry, capable "d'atteindre le niveau de Messi"? Oui, en trafiquant la base de données de PES 2011. Ou en contaminant la cantine du Barça à l'e-coli. Une telle saillie pourrait laisser croire que Francky est redevenu le roi du lol, qu'il maîtrise gentiment l'autodérision. Ach nein! Dix fois nein! Kaiser Franck n'a pas forcé sur le Schnaps avant de balancer cette énormité. Il était sobre en se confiant au Bild, avant la reprise. Pour bien comprendre que ses mots ne sont pas sortis de leur contexte, voici comment l'attaquant du Bayern les a introduits: "Pendant mes premières années, mon niveau était vraiment incroyable. Messi a réalisé cela pendant trois, quatre années d'affilée. C'est fantastique. Si je retrouve l'intégralité des mes capacités physiques, que je me sens libre mentalement et que mes relations avec l'entraîneur sont bonnes, je pourrai atteindre le niveau de Messi. Pour moi, cela ne fait absolument aucun doute."

Déjà, cela fait beaucoup de "si". Ribéry au top de sa forme et sans strappings, ce n'est plus arrivé depuis plus de deux ans. Entre une blessure à la cheville, au genou, à la cuisse ou au gros orteil, Francky a fait bosser les médecins du Bayern à plein temps. Vacances et jours fériés compris. Enfin débarrassé de ses soucis, l'ancien Marseillais s'imagine donc dans la peau du meilleur joueur de la planète. Capable d'inscrire 53 buts en une saison, de remporter son championnat, la Ligue des champions et le Ballon d'Or. Voilà le CV actualisé de Lionel Messi.

Pour se rassurer, son coach pourrait dire qu'il a affaire à un joueur qui a une grande confiance en lui. Son psy est plus sceptique. Il pourrait évoquer un manque de discernement, un recours maladif à la méthode Coué et une tendance à la schyzophrénie. Bon d'accord, on ne parle que de foot. Mais comment Ribéry peut-il se comparer à Messi? Quel joueur a l'influence de l'attaquant du Barça dans son équipe? Aucun, aujourd'hui. Au mieux, Francky redeviendra le génial soliste qu'il était en 2006. Dans le pire des cas,, une âme errante côté gauche qui râle en attendant les ballons. Sans lui faire offense, il ne sera jamais un homme à tout faire dont la seule présence sur un terrain anesthésie l'adversaire. Un joueur qui dicte la façon de jouer de ses coéquipiers et incarne à lui seul le cocktail magique: beau jeu - efficacité. Pour l'instant, le seul domaine dans lequel Ribéry a une longueur d'avance sur l'Argentin concerne son égo. La "melonite aiguë" est un mal qui permet rarement à un joueur d'avancer. Alors avant de devenir le roi du déhanché, vas-y Francky, dégonfle.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu