Avertir le modérateur

03/12/2011

Où va l'AS Monaco?

photos.jpg

Plus vertigineux que la chute des cours boursiers ces derniers mois, voici la courbe de classement de l’AS Monaco. Finaliste de la Ligue des champions il y a sept ans, le club du Rocher n’est plus sûr aujourd’hui d’assurer sa place en Ligue 2 à la fin de la saison. Dernier de son championnat avec une seule victoire en 16 journées, l’ASM a déjà un pied dans le ravin. Parti pour jouer la remontée express, les joueurs de Marco Simone pointe à quatre points du premier non relégable, avec une différence de buts largement défavorable.

La situation est si désastreuse qu’un marabout aurait même été engagé pour désenvouter le stade Louis II. Les solutions les plus terre à terre ne suffisent plus pour sauver un club à ce point à l’agonie. Que reste-t-il de l’ASM aujourd’hui? Pas grand-chose, si ce n’est une équipe sans fond de jeu, composée de vétérans en bout de course (Giuly, Vahirua, Helstadt, Hansson) et des jeunes pousses trop tendres pour assumer le maintien d’un club aussi prestigieux. Les Germain, Salli, Eysseric ou Mendy ne parviennent pas à donner raison à Marco Simone, parachuté dans ce marasme sans nom, il y a deux mois et demi.

Sur Twitter, même Raymond Domenech se met à chambrer. «Vive Marco Simone, vivement qu'il revienne sur Canal pour nous expliquer comment il faut faire!» L’ex-donneur de leçon de la chaîne cryptée n’a pas réussi à redonner un semblant d‘âme à cette équipe. Encore moins des résultats. En réalité, si l'ASM en est là, ce n'est sûrement pas à Simone qu'elle le doit. A l’intersaison, le club a perdu tous ses meilleurs éléments. En vrac, Park, Ruffier, N’Koulou, Bonnart, Mongongu, Nicule, etc. Dans pareil cas, on aurait pu croire que la direction s’appuierait sur ses meilleurs jeunes pour viser la remontée. Au lieu de ça, elle a laissé filer des joueurs du cru, à l’image de Bulot, Schwechlen, Zola, qui pourraient aujourd’hui lui donner un coup de main. Le club accuse en plus un gros déficit et ne peut miser que sur l’arrivée d’un investisseur étranger pour respirer un peu. Celui-ci a intérêt à distribuer de belles étrennes de fin d’année pour ne pas laisser l’AS Monaco tomber définitivement de son Rocher.

01/08/2011

David Trezeguet en L1? Faut pas rêver

 article_trezeguet.jpg

Comme le thon rouge en Méditerranée, le champion du monde 98 est une espèce menacée. Avec Pirès et Henry, David Trezeguet est le dernier représentant de cette caste dorée. A bientôt 34 ans, le buteur à barbichette ne cracherait pas sur un dernier contrat en Ligue 1. L’ancien de la Juve et d’Hercules Alicante est libre et tient toujours la forme. Depuis la reprise, il se prépare avec l’AS Monaco où il ne refuse jamais une interview titrée «Je ne suis pas fini» ou «Je peux encore aider un grand club français». La réalité du marché des transferts est un peux plus compliquée. En L1, les clubs capables d’attirer Trezegoal ne sont finalement pas si nombreux.

Un club à la recherche d’un buteur. Mis à part le PSG, il n’existe pas en France de club capable de dépenser sans compter. Tout investissement est réfléchi, surtout s’il concerne un joueur du secteur offensif où les erreurs de castings sont souvent mal digérées. Avec Hoarau, le PSG a déjà le clône de Trezeguet, la jeunesse et les jambes en plus. Idem pour Lille qui s’en tire plutôt bien avec Sow et De Melo. Lyon aurait pu renforcer son arsenal. Mais Bernard Lacombe a poliment refusé. Avec Lisandro, Gomis et Briand, il compte déjà trois attaquants majeurs. Derrière, Belfodil et Lacazette se tiennent prêt. Pas la peine non plus de toquer aux portes de Toulouse et Montpellier. Le TFC a déjà mis la main au porte-monnaie (Rivière) et les Héraultais possèdent de quoi continuer à vivoter (Giroud, Utaka). Officiellement, seul l'OM attend encore un buteur et celui-ci devrait débarquer sous forme de prêt (économies obligent). Bordeaux pourrait aussi se renforcer, tout comme Brest en cas de départ de Roux. Sur le papier, Auxerre, Lorient, Rennes et Saint-Etienne auraient aussi besoin d’une recrue capable de marquer.

Principaux clubs éliminés: Lyon, Montpellier, Paris, Toulouse.  

Un club qui a les moyens. L’an dernier, l’ancien Bleu touchait encore 2,5 millions d’euros par an et même s’il consent un gros effort financier, son salaire reste prohibitif pour la majorité des clubs français. Nice aurait bien fait de lui sa star cette saison. Mais vu les prétentions du bonhomme, le club s’est vite ravisé. «Le minimum salarial d'un joueur excède parfois le maximum possible d'un club», regrette Eric Roy. Dans des clubs comme Auxerre ou Sochaux, qui pratiquent une sorte de «salary cap» local, la réflexion est à peu près identique. Même s’ils cassaient leur tirelire et faisaient de l’ancien champion du monde un cas particulier, ils s’exposeraient à un risque: susciter les jalousies dans un vestiaire peu habitué aux passe-droits et avantages particuliers. Supporters d'Ajaccio ou Sochaux, vous pouvez aussi arrêtez de rêver.

Principaux clubs éliminés: Ajaccio, Auxerre, Nice, Saint-Etienne, Sochaux.  

Un club d’un certain standing. Où Trezeguet passe-t-il ses vacances actives? A Monaco, son club formateur, mais aussi la ville des footeux bling-bling. C’est un détail, mais le CV du joueur a presque l’allure d’un guide touristique. Trezeguet a toujours joué au soleil, dans régions où il fait bon vivre (Côte d’Azur, Piémont, Costa Blanca…) Je l’imagine mal franchir la Loire pour la première fois de sa vie. Et puis Monsieur est exigeant. Il pourrait effectuer son come-back à l’ASM comme devrait le faire Giuly? Pas question. A 33 ans, il assure avoir quelques années devant lui et s’imagine encore planter quelques buts en Coupe d’Europe. Cela limite de fait la palette des points de chute. Même si certains ont vu Bernard Diomède s’éteindre en catimini à Clermont, un champion du monde exige toujours un certain standing.

Principaux clubs éliminés: Brest, Caen, Dijon, Evian, Lorient, Valenciennes.

On l'a compris, le retour de Trezeguet en L1 est peu probable. Bordeaux, Marseille ou Rennes seraient les mieux placés pour l'accueillir, mais ne devraient pas donner suite. Pour le moment, les appels du pied du joueur lui offrent une belle visibilité auprès des dirigeants et agents aux aguets. Cela l’aidera peut-être à signer un nouveau contrat... à l’étranger.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu