Avertir le modérateur

14/11/2011

Que valent les huit titres de Loeb?

sipa_ap21109337_000006.jpg

En sport automobile plus que dans toute autre discipline, il n’est jamais très conseillé de remettre la hiérarchie en question. On touche à des marques, investissant souvent beaucoup d’argent dans des équipes formatées pour gagner. Depuis huit ans, Sébastien Loeb fait le travail qui lui est demandé chaque année, sans que sa domination soit réellement contestée. L’octuple champion du monde est désormais l’un des sportifs préférés des Français, décoré de la légion d’honneur et statufié au musée Grévin.

En attendant la canonisation, même Parker, Chabal ou Tsonga semblent largués. Pour un athlète sacré dans une discipline aussi confidentielle que le rallye, la performance est remarquable. Notons que Loeb est le premier champion du monde français dont personne n’a jamais vu une prestation en direct à la télé. Le rallye reste un sport de niche, pratiqué par une poignée de licenciés, le dimanche sur des courses de village. Vous ne connaissez pas Ogier, Hirvonen ou Latvala, pas de panique. Pour citer le nom d’un seul adversaire de Loeb, il faut être un expert. Et encore, «adversaire» est un bien grand mot.

Le Patrice Martin de l'automobile

Les réserves émises par Didier Auriol, dans une interview à 20minutes.fr, sonnent juste. Le champion du monde 94, un poil aigri, invite à relativiser le «grand huit» de Loeb qui ne connaît pas la concurrence. Il ne dit pas qu’il lui suffit d’appuyer sur la pédale d’accélération pour gagner, mais depuis plusieurs saisons, personne n’est en mesure de contester sa suprématie. Pour quelles raisons? Parce qu’il conduit la meilleure voiture, appartient au meilleur team, et n’a pas en face de lui assez de pilotes talentueux pour l’inquiéter.

Le jour où le rallye sera un sport universel, ouvert à tous, y compris les moins fortunés, la donne sera différente. Aujourd’hui, Loeb est le fer de lance d’un petit groupe de pilotes assez aisés pour bénéficier d’un volant. Que vaut son palmarès? Pas plus que celui de Patrice Martin, qui dans un sport tout aussi élitiste et confidentiel (le ski nautique) a cumulé 12 titres mondiaux. Idem pour Pascal Briand, l’octuple champion du monde de roller en ligne, ou Daniel Morelon lui aussi sacré huit fois au niveau mondial en cyclisme sur piste. Ces ex-champions peuvent êtres jaloux des lauriers tressés à Loeb. Et regretter de ne pas avoir fait le choix, plus jeune, d’un sport où les sponsors sont tout puissants.

11/11/2011

Peut-on encore voir du tennis à la télé?

tennis,masters 1000,bercy,télévision,chaînes,programmation,orange sport,w9,paris première,tournoi

Il y a d’abord cette réflexion toute bête, mûrie un jeudi soir à la rédaction, quand le technicien d’Orange tentait, pour la troisième fois de la semaine, de réparer notre Orange Box. Après six jours disputés à Bercy n’avons vu que deux ou trois images du tournoi parisien. Un morceau de Benneteau – Roddick par-ci, un set et demi de Gasquet – Federer par là. Et rien d’autre au sortir des quarts de finale. Avant d’accuser la terre entière de nous priver de tennis à la téloche, je dois préciser que nous faisons partie des gens précautionneux qui avons un abonnement à Orange pour suivre les Masters1000. Seulement entre temps, les souris de la rédaction ont mangé les fils et détruit le matos.

A vrai dire, nous nous retrouvons dans la situation très frustrante de Monsieur-tout-le-monde, non abonné à la télé d’Orange (attention, ce n’est pas grave) mais intéressé par une petite soirée tennis de temps en temps. Car pour voir les images du deuxième tournoi français (après Roland-Garros s’entend) les choses se compliquent sérieusement. Avant 16h, inutile de rêver, il n’y a pas de programmation. Jusqu’à jeudi, Paris Première diffusait les rencontres de la fin d’après-midi et quelques night sessions. Puis plus rien à partir de vendredi, malgré l’annonce de la diffusion des derniers quarts de finale. En guise de Ferrer – Isner, on a eu droit aux Grosses Têtes de Philippe Bouvard.

La donne se complique un peu plus à partir de samedi, jour des demi-finales, dont l'une est programmée sur W9 (en l'occurence Tsonga - Isner à 17h). Encore une fois, honte à nous de ne pas bénéficier de la couverture offerte par Orange Sport. Mais bon, pour le coup, on n'y peut rien et comme la majorité des fans de tennis, nous devons jongler avec nos télécommandes et les chaînes du câble pour avoir le droit de voir quelques échanges. En terme de visibilité, je ne sais pas si une telle dilution de l’offre sert réellement l’intérêt du tennis. Les diffuseurs choisis sont peut-être étiquetés «grand public», accessibles en clair.

En attendant, le public averti s’y perd. Après un rapide tour de table à la rédaction de 20minutes, personne n’a vraiment pu suivre le tournoi. Pire, sans les résumés des chaînes d’infos, les streaming Internet et les extraits de matchs balancés sur Youtube, certains n’auraient même pas vu la couleur d’une balle. Finalement, ce n’est peut-être pas plus mal. C’est en l’absence d’images qu’on se (re)tourne vers les lives décalés du Web ou la radio officielle du tournoi. Suivre les matchs sur Radiobnpparibasmasters et ses commentateurs déjantés est d'ailleurs un vrai régal.

09/11/2011

Bâillonner Dugarry c'est du gâchis

 christophe-dugarry-consultant-canal-plus.jpg

Jusqu’où peut aller un consultant télé? Quelle est la légitimité d’un ancien joueur quand il porte un jugement sur un club en détresse? Ne doit-on pas livrer un avis personnel sur un sujet sensible? Voilà quelques-unes des questions soulevées par la fausse «affaire Dugarry» cette semaine. Pour avoir dit ses quatre vérités sur la situation des Girondins de Bordeaux, son club formateur, «Duga» se fait remonter les bretelles de tous les côtés. Le meilleur consultant français n’aurait donc plus le droit de parler, quand cela risque de fâcher.

Dans Sud-Ouest, le champion du monde 98 a simplement dit tout haut ce que tout le monde sait déjà. Ce club est à l’agonie depuis deux ans et pour ne pas le voir sombrer comme Monaco ou Lens, Duga a émis l’idée d’embaucher un directeur sportif, en raison des choix totalement hasardeux du club en matière de recrutement. Pour aider les Girondins, le consultant phare de Canal+ s’est même dit prêt à enfiler la casquette de président. La petite phrase, issue dans une interview à L’Equipe n’est sûrement pas à prendre au pied de la lettre. Dugarry n’est pas un opportuniste ayant l’intention de piquer la place de Jean-Louis Triaud. Juste un amoureux de Bordeaux, qui, dans un élan de générosité, a fait parler son cœur, lâchant un très amusant «donnez moi le poste!»

Finesse, expertise et honnêteté

Au sein du club, cela n’a visiblement pas plu. Michael Ciani l’a pris comme une «provocation». Nicolas De Tavernost, l’actionnaire principal, a répondu par le sarcasme, affirmant qu’en tant que «journaliste», Duga pourrait très bien postuler à la direction des sports de Canal. Au delà de la moquerie, l’homme fort des Girondins a tout faux. Il oublie d’abord qu’en tant que consultant, Christophe Dugarry a un droit de parole, surtout sur les sujets qu’il connaît si bien. Tant pis si cela ne plaît pas aux personnes concernées. La légitimité, il l’a aussi. Ancien international, champion du monde, passé par le Barça, Milan ou Marseille, voilà qui fait de lui l'un des hommes de micro les plus crédibles.

Sur les terrains, «Dugachis» était aussi le premier à essuyer les critiques, parfois violentes. Cela donne aujourd’hui un peu plus de poids à ces remarques, toujours justes, fines et honnêtes. Quand Dugarry parle, on aimerait souvent lui répondre: «Ah bah oui...» Dans son rôle, il est l’un des meilleurs en France, tous sports confondus, parce qu’il n’hésite pas à livrer son analyse, souvent très incisive. Je me souviens d’une époque où on l’accusait d’être pro-bordelais, anti-parisien, marseillais ou je en sais quelle autre ineptie. L’épisode actuel prouve qu’il possède une indépendance d’esprit. Avec sa faculté d’analyse et son franc-parler, il tranche tout simplement avec la majorité des consultants du PAF, aussi ennuyeux à l'antenne qu’un prêtre en fin de messe. Alors, pour le bien des téléspectateurs, laissez parler Christophe Dugarry.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu