Avertir le modérateur

25/11/2011

Les meilleurs néologismes de footballeurs

Andre-Pierre-Gignac_pics_390.jpg

André-Pierre Gignac a un petit côté poète quand il révinvente la langue française. Victime d'«enculeries» à l'OM, l'attaquant n'est pas le premier à nous offrir un savoureux néologisme de vestiaire. Sans moquerie aucune (qui ne fait jamais de fautes de français?) et même si c'est Bernard Pivot qu’on assassine, en voici un petit florilège.
 
«Enculerie», n.f. Acte pratiqué dans le vestiaire de l’OM, popularisé par André-Pierre Gignac lors de son clash avec Didier Deschamps, assimilable à une «enculade à la Commanderie». APG désigne par là un acte fourbe qui, de façon imagée, aurait poussé l’entraîneur marseillais à prendre des décisions dans son dos. La référence sodomite étant un grand classique dans le lexique du footballeur frustré.
 
«Les intervaux», n.m. Terme toujours utilisé au pluriel, inventé par Matt Moussilou puis repris par Aly Cissokho, deux footballeurs passés à côté d’une carrière de géomètre. Dans une défense, les intervaux désignent toujours un type d’espaces «à réduire» où les attaquants ont l’habitude de «faire des appels». Malgré l’emploi répété du mot au bord des pelouses de Ligue1, le dictionnaire lui préfère encore le terme d’«intervalles».
 
«Se compromiser». Verbe sans rapport avec les paris en ligne, inventé par Luis Fernandez à travers l’expression «Ils se compromisent» dans son émission sur RMC un soir d’octobre 2008. L’histoire ne dit pas s’il parlait d’un groupe de joueur auquel appartenait Ronaldinho. Tout «jouor» est amené à se compromiser quand il se met en danger. A ne pas confondre avec un imparfait du subjonctif (qu’ils compromissent).
 
«Les Calanques grecques», n.f. Région imaginaire découverte par Laurent Robert, visiblement marqué par son passage dans le championnat grec en 2008-2009. Perturbé dans ses repères spatiaux temporels, après de nombreux transferts, l’ancien montpelliérain avait effectivement pour habitude de remettre ses bonnes performances au lendemain. Aux calendes grecques, peut-être?

«Nainbot», n.m. Encore un terme dont la paternité est attribuée à Luis Fernandez. Mix de «nain» et de «nabot», on l'a compris, il pourrait convenir à tous les joueurs de moins d'1,70m. En l'occurrence, pour une raison inexpliquée, ce néologisme se référait à Karim Benzema lors de son premier emploi.
 
Et en bonus, les perles de vestiaires de Jérémie Janot. Pour ceux qui les ont loupées, en voici quelques-unes, dévoilées récemment par le gardien stéphanois sur Twitter...
 
"Cet après-midi, faut qu'ils comprennent qu'ils vont passer une sale soirée !"
"Bon les gars à droite ils ont un joueur très adroit et à gauche c'est pareil c'est son pendentif!"
"L'important dans le premier quart d'heure, c'est les 20 premières minutes."
"Vous avez vu les mecs je peux mettre mon blouson des deux côtés; normal il est auto-reverse!"
"Il a raison d aller au PSG il double son salaire par 4!"
"Jérémie, il tire toujours les pénos à gauche ou à droite mais te laisse pas influencer"
"Les gars aujourd'hui si on gagne pas ou qu'on fait pas match nul, surtout on perd pas!"
Un coach: "Faites un triangle par 4"
"Fais chier, Sylvain a mal aux cervicaux!"
"Les gars! C'est pas un problème mental. C'est un problème psychologique!"
"Le coach à son défenseur latéral: toi tu es comme la Loire, ça fait dix ans que t'as pas débordé!"

16/11/2011

Pourquoi l'Allemagne gagnera l'Euro 2012

3004434848.jpg

Plus question de se défiler. En fessant les Pays-Bas 3-0 mardi soir, les Allemands ont confirmé qu’ils étaient les hommes à battre lors du prochain Euro. Invincible en qualifications (10 victoire en 10 matchs), séduisante dans le jeu, la Mannshaft de Joachim Löw a tout pour remporter la compétition en juin prochain. L'occasion d'exhumer nos vieux souvenirs d’Allemand LV1.

Elle joue le meilleur football. Depuis la dernière Coupe du monde, l’Allemagne mérite bien son titre officieux d’équipe la plus joueuse. Au moins au niveau européen. L’Espagne ayant disparu de la circulation, cette Mannschaft offre à chaque rencontre la fameuse «deutsche Qualität» de la pub Citroën. Son 4-2-3-1 aux allures de Panzer est d’une efficacité à faire pleurer Laurent Blanc. Voir Özil, Müller, Podolski et leurs amis en action, c’est l’assurance d’assister à des déferlantes sur le but de l’adversaire. Cette équipe attaque par vagues et se retrouve sans forcer avec huit ou neuf joueurs dans la moitié de terrain adverse. Avec un milieu galactique (Khedira) une défense athlétique (Basdtuber – Mertesacker) et un gardien prêt à faire oublier Oliver Kahn (Neuer), l’Allemagne enchaîne les matchs de gala. L’Angleterre, (4-1), l’Argentine (4-0), le Brésil (3-2) et les Pays-Bas (3-0) ont successivement fait les frais de la belle mécanique allemande. Manque de chance, le prochain sur la liste n’est autre que l’équipe de France.

Elle a Miroslav Klose. Pour fêter la correction infligée aux Pays-Bas, le journal Bild a gratifié ses lecteurs d’une jolie rime: «Wir haben Klose, ihr spielt Käse», qui peut se traduire par «Nous avons Klose et vous jouez comme des fromages.» Bing, dans la bouche des Bataves. L’attaquant allemand n’est plus tout jeune (33 ans), a tendance à attendre les ballons, mais il plante. Encore buteur face aux Pays-Bas, l’ancien remplaçant du Bayern, aujourd’hui à la Lazio, se rapproche doucement du record de Gerd Muller (63 buts contre 68). Avec Podolski derrière lui, il prouve à chaque sortie qu’il mérite la confiance de Löw. Il n'est d'ailleurs pas prêt de raccrocher. Celui qui pointe à un but du record de Ronaldo en Coupe du monde (15 buts en phase finale) se dit prêt à servir la Mannschaft jusqu’en 2014. On se demande pourquoi…

Elle s’appuie sur une génération dorée. Certains noms n’évoquent pas encore grand-chose mais dans sa liste de joueurs susceptibles de participer au prochain Euro, Joachim Löw devra forcément laisser quelques pépites sur la touche. L’avenir de cette équipe est désormais entre les pieds d’une bande de jeunots à peine sortie de la classe des Espoirs (Aogo, Badstuber, Höwedes, Kroos, Neuer, Ozil ou Reus). Le sélectionneur s’appuie également sur la génération dorée de Dortmund, emmenée par Götze, Bender, Schmelzer, Hummels ou Gundogan. Que des joueurs de moins de 23 ans, chapeautés par des cadres à peine plus âgés qu’eux (Shweinsteiger et Lahm). Fait rare en Allemagne, la dernière liste ne comptait que deux trentenaires, Cacau et Klose. Preuve que ce groupe est encore loin d'être à maturité.

Elle patiente depuis trop longtemps. Seize ans sans gagner un Euro, c’est beaucoup trop quand on supporte la Mannshaft. Les voisins teutons n’ont plus gagné la compétition depuis 1996. A l’époque, Oliver Bierhoff était encore un épatant joueur de tête, les victoires se jouaient au but en or et la plupart des internationaux actuels rêvaient seulement de faire carrière. En Afrique du sud l’été dernier, cette génération playstation n’est pas passée loin d’une première finale, battue seulement d’un but en demie face à l’Espagne. Triple vainqueur et finaliste de l’Euro, l’Allemagne a encore progressé depuis et aura cette fois la chance d’évoluer presque à domicile, si le tirage au sort lui réserve quelques matchs en Pologne.

09/11/2011

Bâillonner Dugarry c'est du gâchis

 christophe-dugarry-consultant-canal-plus.jpg

Jusqu’où peut aller un consultant télé? Quelle est la légitimité d’un ancien joueur quand il porte un jugement sur un club en détresse? Ne doit-on pas livrer un avis personnel sur un sujet sensible? Voilà quelques-unes des questions soulevées par la fausse «affaire Dugarry» cette semaine. Pour avoir dit ses quatre vérités sur la situation des Girondins de Bordeaux, son club formateur, «Duga» se fait remonter les bretelles de tous les côtés. Le meilleur consultant français n’aurait donc plus le droit de parler, quand cela risque de fâcher.

Dans Sud-Ouest, le champion du monde 98 a simplement dit tout haut ce que tout le monde sait déjà. Ce club est à l’agonie depuis deux ans et pour ne pas le voir sombrer comme Monaco ou Lens, Duga a émis l’idée d’embaucher un directeur sportif, en raison des choix totalement hasardeux du club en matière de recrutement. Pour aider les Girondins, le consultant phare de Canal+ s’est même dit prêt à enfiler la casquette de président. La petite phrase, issue dans une interview à L’Equipe n’est sûrement pas à prendre au pied de la lettre. Dugarry n’est pas un opportuniste ayant l’intention de piquer la place de Jean-Louis Triaud. Juste un amoureux de Bordeaux, qui, dans un élan de générosité, a fait parler son cœur, lâchant un très amusant «donnez moi le poste!»

Finesse, expertise et honnêteté

Au sein du club, cela n’a visiblement pas plu. Michael Ciani l’a pris comme une «provocation». Nicolas De Tavernost, l’actionnaire principal, a répondu par le sarcasme, affirmant qu’en tant que «journaliste», Duga pourrait très bien postuler à la direction des sports de Canal. Au delà de la moquerie, l’homme fort des Girondins a tout faux. Il oublie d’abord qu’en tant que consultant, Christophe Dugarry a un droit de parole, surtout sur les sujets qu’il connaît si bien. Tant pis si cela ne plaît pas aux personnes concernées. La légitimité, il l’a aussi. Ancien international, champion du monde, passé par le Barça, Milan ou Marseille, voilà qui fait de lui l'un des hommes de micro les plus crédibles.

Sur les terrains, «Dugachis» était aussi le premier à essuyer les critiques, parfois violentes. Cela donne aujourd’hui un peu plus de poids à ces remarques, toujours justes, fines et honnêtes. Quand Dugarry parle, on aimerait souvent lui répondre: «Ah bah oui...» Dans son rôle, il est l’un des meilleurs en France, tous sports confondus, parce qu’il n’hésite pas à livrer son analyse, souvent très incisive. Je me souviens d’une époque où on l’accusait d’être pro-bordelais, anti-parisien, marseillais ou je en sais quelle autre ineptie. L’épisode actuel prouve qu’il possède une indépendance d’esprit. Avec sa faculté d’analyse et son franc-parler, il tranche tout simplement avec la majorité des consultants du PAF, aussi ennuyeux à l'antenne qu’un prêtre en fin de messe. Alors, pour le bien des téléspectateurs, laissez parler Christophe Dugarry.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu