Avertir le modérateur

21/07/2011

Vas-y Francky, dégonfle

487675_franck-ribery-apres-son-but-pour-le-bayern-munich-au-dernier-jour-du-championnat-allemand.jpg
Photo Reuters

Sur le coup, sa petite phrase prête à sourire. Franck Ribéry, capable "d'atteindre le niveau de Messi"? Oui, en trafiquant la base de données de PES 2011. Ou en contaminant la cantine du Barça à l'e-coli. Une telle saillie pourrait laisser croire que Francky est redevenu le roi du lol, qu'il maîtrise gentiment l'autodérision. Ach nein! Dix fois nein! Kaiser Franck n'a pas forcé sur le Schnaps avant de balancer cette énormité. Il était sobre en se confiant au Bild, avant la reprise. Pour bien comprendre que ses mots ne sont pas sortis de leur contexte, voici comment l'attaquant du Bayern les a introduits: "Pendant mes premières années, mon niveau était vraiment incroyable. Messi a réalisé cela pendant trois, quatre années d'affilée. C'est fantastique. Si je retrouve l'intégralité des mes capacités physiques, que je me sens libre mentalement et que mes relations avec l'entraîneur sont bonnes, je pourrai atteindre le niveau de Messi. Pour moi, cela ne fait absolument aucun doute."

Déjà, cela fait beaucoup de "si". Ribéry au top de sa forme et sans strappings, ce n'est plus arrivé depuis plus de deux ans. Entre une blessure à la cheville, au genou, à la cuisse ou au gros orteil, Francky a fait bosser les médecins du Bayern à plein temps. Vacances et jours fériés compris. Enfin débarrassé de ses soucis, l'ancien Marseillais s'imagine donc dans la peau du meilleur joueur de la planète. Capable d'inscrire 53 buts en une saison, de remporter son championnat, la Ligue des champions et le Ballon d'Or. Voilà le CV actualisé de Lionel Messi.

Pour se rassurer, son coach pourrait dire qu'il a affaire à un joueur qui a une grande confiance en lui. Son psy est plus sceptique. Il pourrait évoquer un manque de discernement, un recours maladif à la méthode Coué et une tendance à la schyzophrénie. Bon d'accord, on ne parle que de foot. Mais comment Ribéry peut-il se comparer à Messi? Quel joueur a l'influence de l'attaquant du Barça dans son équipe? Aucun, aujourd'hui. Au mieux, Francky redeviendra le génial soliste qu'il était en 2006. Dans le pire des cas,, une âme errante côté gauche qui râle en attendant les ballons. Sans lui faire offense, il ne sera jamais un homme à tout faire dont la seule présence sur un terrain anesthésie l'adversaire. Un joueur qui dicte la façon de jouer de ses coéquipiers et incarne à lui seul le cocktail magique: beau jeu - efficacité. Pour l'instant, le seul domaine dans lequel Ribéry a une longueur d'avance sur l'Argentin concerne son égo. La "melonite aiguë" est un mal qui permet rarement à un joueur d'avancer. Alors avant de devenir le roi du déhanché, vas-y Francky, dégonfle.

19/07/2011

Préparation foireuse, saison heureuse?

lmarseille1.jpg
Photo Sipa

A trois semaines de la reprise du championnat, les clubs de L1 planchent sur leurs devoirs de vacances. On a vu les joueurs du PSG tester les plages du Portugal et ceux de l'OM, la balnéo du Pays basque. Pour s'occuper, ils disputent aussi quelques rencontres ça et là, en général dans des stades assaillis de touristes, où l'odeur de merguez grillée remplace celle des fumigènes. Le mois de juillet est celui des matchs amicaux, laboratoires pour formations en rodage et joueurs en surpoids. Evidement, cela fausse tous les résultats.

Ces rencontres insignifiantes sont malgré tout télévisées, commentées, décortiquées. Il n'y a pourtant pas grand-chose à en tirer. Seuls les coachs peuvent réellement les décrypter. Récemment, Didier Deschamps regrettait les commentaires nés de la défaite de son équipe face à Montpellier (0-1). L'OM n'avancerait déjà pas droit, serait à la rue à trois semaines du début du championnat. Idem pour Lyon, qui enchaîne les défaites et les déboires en amical. Faut-il déjà s'inquiéter pour le bizuth Rémi Garde? Sûrement pas.

Un coup d'œil sur les résultats de l'été dernier suffit pour prouver que ces rencontres de vacances n'ont aucune incidence sur la saison à venir. Avant d'être sacré, Lille n'avait remporté que deux victoires en cinq matchs amicaux (contre Brest et Cherbourg). La bande à Moussa Sow avait aussi concédé deux nuls contre Courtrai et Angers. Bref, seul un voyant pouvait voir en cette équipe un futur champion de France.

Si les matchs amicaux ont une quelconque valeur annonciatrice, c'est Bordeaux qui aurait dû être titré l'an dernier. Pas une seule défaite en sept matchs, et quelques victoires de prestige contre Lille ou Porto, futur vainqueur de l'Europa Ligue. Paris et Toulouse avaient aussi réalisé le sans faute, mais en se préparant contre des équipes de calibre inférieur. Et l'OM? Son bilan de l'été dernier n'avait rien de folichon. Deux défaites et trois victoires en cinq matchs, ce qui ne les avait pas empêchés de terminer deuxièmes du championnat. Inutile de taper une nouvelle fois sur l'OM en cas de défaite mercredi soir contre le Betis Seville. Didier Deschamps pourrait encore montrer les crocs.

15/07/2011

Cissé, le transfert le plus risqué du mercato

Djibril-Cisse-Lazio-Rome_diaporama.jpg

La France, l'Angleterre, la Grèce et maintenant l'Italie. Pour retrouver l'équipe de France, Djibril Cissé veut se montrer. Il veut marquer des buts dans un championnat coté. Et pour cela, l'ancien buteur du Pana a décidé de se mouiller. Signer à la Lazio Rome quand on s'appelle Djibril Cissé, oui, c'est osé. Mais le choix est réfléchi. Avant de s'engager, Djib' a refusé une offre délirante d'un club chinois, prêt à faire de lui l'un des joueurs les mieux payés de la planète.

Cissé n'aime pas la facilité. Pas encore, en tout cas. En Italie, il s'apprête à affronter des défenses regroupées. Lui, le spécialiste de l'appel dans l'axe, qui a toujours eu besoin de profondeur pour marquer. Les défenses de Serie A sont assez avares en espace mais cela n'a pas l'air d'inquiéter l'ex-meilleur sprinteur de Ligue 1. Le plus tatoué aussi. Il veut se frotter à un autre type de football «pour voir où il se situe.»

Soit. Mais rembobinons deux minutes. Si Cissé a quitté la Grèce, c'est d'abord pour des raisons d'insécurité et de racisme. Les bananes lancées des tribunes et les cris de singe, il en a assez. Et où met-il les pieds? Dans un club où une frange des supporters est réputée pour juger les joueurs à leur couleur de peau. Combien de noirs ont porté les couleurs de la Lazio? Très peu. Manfredini, Dabo et Mudingayi doivent être les derniers. En mars, le club était encore condamné pour les chants racistes. Historiquement, on a aussi vu quelques joueurs de couleur du club essuyer les insultes de leurs propres supporters. Qu'en pense Djib'? Comme il le dit dans L'Equipe, tout ça ne lui fait pas très peur. «Franchement, quand je vois l'accueil qui m'a été réservé à l'aéroport et ce qui s'écrit sur les forums de sites de supporters, je ne suis pas du tout inquiet.» Je lui conseille juste de vite trouver le chemin des filets.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu