Avertir le modérateur

30/08/2011

La Liga, le championnat le plus ennuyeux d'Europe?

BarcaAug2011.jpg

C’est sympa de regarder les clasicos tous les trois mois. On en prend plein les mirettes pendant une 90 minutes, on se régale devant la bande à Messi et on taille Mourinho quand il joue au méchant. En général, cela dure une bonne semaine. Trois jours avant le match. Trois jours après. Et puis plus rien. Sans les Barça – Real, il n’y a plus de Liga. Plus aucun intérêt de regarder un championnat écrasé par la domination des deux conglomérats. En fin de saison, l’un sera premier, l’autre deuxième et ils priveront même les autres de la Coupe du roi.

En termes de suspense, la Liga est de loin le championnat le moins passionnant d’Europe. A égalité avec la L1 écossaise. Pour les dix huit équipes restantes, prendre un point contre le Barça ou le Real relèvera du quasi miracle. Même les seconds couteaux auront beaucoup de mal. La preuve lundi soir avec Villarreal, quatrième du dernier championnat, balayé par un Barça pourtant privé de sa défense centrale… La veille, le Real paradait à Saragosse (6-0, deuxième set).

Bref, derrière les deux ténors, c’est le néant. D’ailleurs, Fernando Roig, président de Villarreal se fait beaucoup de souci pour ce championnat. «Dans trois ou quatre ans, si cela continue, le foot espagnol sera mort. S'ils veulent, ils peuvent jouer seulement deux matchs dans la saison, et puis voilà!» Vrai. A quoi se résumerait la Liga sans le Real et le Barça? A un championnat où les clubs cherchent des sponsors maillots (ils sont dix en ce début de saison), où les équipes ont du mal à remplir leur stade, et où les joueurs sont payés un mois sur trois.

Même les télés semblent dépassées. Par curiosité, j’ai jeté un œil au Grenade – Bétis Seville (véridique) proposé par Canal+ Sport le week-end dernier. Une rencontre indigente, qui m’a simplement permis de prendre des nouvelles de Yoann Mollo, recrue de Grenade. En cherchant bien, il existe bien quelques raisons de s’intéresser à la Liga. Voir si Toulalan n’est pas planqué dans une Caftéria de Malaga. Si Falcao (Atlético Madrid) peut être performant en dehors du Portugal. Vérifier si Adil Rami n’abuse pas des tapas et garder un œil sur le jeune Griezmann. Sinon, inutile de se passionner pour ce championnat fâché avec le suspense. De ce point de vue là, je me dis que la Ligue 1, ce n’est pas si mal.

28/08/2011

Le mercato n'est pas le monde des Bisounours

RTR27SQZ.jpg

Depuis quand existe-t-il un code de bonne conduite en période de transferts? Depuis quand reproche-t-on à un joueur de ne pas tenir un engagement? De faire volte-face pour une question d’argent? Michel Seydoux, qui est pourtant un vieux routier de la L1, a l’air bien naïf en criant à la trahison dans l’affaire Park Chou Young. Le Coréen a posé un joli lapin au Losc, en prenant l’Eurostar à la première heure quand le staff lillois l’attendait pour une visite médicale. L’attaquant de Monaco a sûrement mieux à faire du côté d’Arsenal.

Passons sur le manque de politesse du bonhomme, parti sans prévenir. Pour se défendre, il affirme ne pas avoir senti le soutien infaillible du club qui n’a rien fait signer à Park avant les examens médicaux. Excuse bidon, évidemment. L’appel d’Arsène Wenger en pleine nuit a été plus fort. Et cela se comprend. Au fond, peut-on vraiment en vouloir à Park, simple soldat des terrains, trimballé par son agent? Bien sûr que non.

Peut-on aussi reprocher à Arsène Wenger de draguer un joueur dans les derniers jours du mercato? Pas plus, évidemment. Les dirigeants lillois lui reprochent un manque de classe, comme s’il leur avait piqué un joueur sous contrat. Sauf que Park n’a rien signé nulle part. En tentant de le recruter, le manager des Gunners est dans son rôle. Il n’y a là aucun coup bas. Juste l’application du principe de la concurrence en période de transferts. Et l’illustration de la naïveté des dirigeants lillois qui, même fauchés, auraient peut-être dû se pencher sur le renforcement de leur attaque un peu plus tôt. Quand on est à la tête d'un club champion de France, engagé en Ligue des champions, il y a quelques précautions à prendre en matière de recrutement. Cela évite de se rabattre sur Youssouf Hadji à trois jours de la fin du mercato.

26/08/2011

Le Top 14, un monde qui ne tourne pas rond

SIPA_00584474_000001.jpg

Plus illisible qu’une écriture de médecin, voici le calendrier du Top 14. Pour suivre la nouvelle saison qui commence vendredi soir, il va falloir s’accrocher. Apprendre à lire un classement totalement faussé par la collision frontale avec la Coupe du monde. En rugby, il n’est pas possible, apparemment, d’organiser l’événement planétaire sans décaler les autres. Le foot y parvient pourtant, mais il faut croire que l’organisation d’une saison rugbystique ne s’y prête pas vraiment...

En attendant, le championnat démarre ce soir en catimini par un Bayonne – Toulouse qui aurait pu faire frissonner les foules. En terme d’exposition, le Top 14 est condamné à souffrir jusqu’à la fin de la Coupe du monde, soit six semaines et huit journées passées dans l’ombre. Le plus gros problème concerne l’équité de ce championnat, totalement biaisé par l’absence prolongée de tous les internationaux. Des clubs comme Clermont, Toulouse ou Biarritz, chez qui la Coupe du monde a entraînée une saignée, seront forcément affaiblis en début de saison. Combien de temps faudra-til attendre avant de retrouver une situation équilibrée? Sûrement plus longtemps que prévu.

A leur retour de Nouvelle-Zélande, les internationaux ne seront pas opérationnels dans la foulée. Rappelons que ces Messieurs n’ont pas eu de vacances et se préparent depuis deux mois en mode commando. Le temps de souffler un peu, et de se redémarrer une préparation, on ne devrait pas les revoir en Top14 avant fin novembre, début décembre. Le problème sera le même pendant le tournoi des Six Nations. Dans l’affaire, les clubs moins huppés se frottent les mains. Si les gros sont affaiblis, autant en profiter. Après tout, un championnat faussé est aussi un championnat plus équilibré. Alors je souhaite quand même le meilleur à ce championnat au rabais.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu